Agir à plusieurs niveaux

Le principe du traitement des acouphènes est d'agir à plusieurs niveaux sur la voie auditive et sur les structures impliquées dans les processus d'auto-entretien de l'acouphène. On traitera en priorité toutes les pathologies otologiques avec la prise en charge adaptée à chacune.

 

Acouphène somatosensoriel :

La prise en charge se fera par action sur l'appareil manduccateur :

  • rééducation orofaciale

  • ostéopathie

  • port de gouttière de relaxation

  • injections de toxine botulique

 

Acouphène « sensation auditive »

Le traitement sera basé sur l'association de thérapies soniques et d'une prise en charge par thérapie comportementale.

Des modèles ont été proposés, tels le TRT, le TSS ou la therapie sonique.

TRT ou TAH : s'habituer à l'acouphène

La TRT (Tinnitus Retraining Thérapy) ou TAH en français (thérapie acoustique d’habituation) est une méthode de prise en charge pluridisciplinaire des acouphènes chroniques et de l’hyperacousie. Elle s’est développée à partir du « modèle neurophysiologique » proposé par le Pr Jastreboff (Etats-Unis) en 1990. Selon ce modèle, les acouphènes sont le résultat d’un processus d’apprentissage négatif au cours duquel certains sons insignifiants deviennent gênants et prennent de plus en plus le dessus, par l'intermédiaire du système nerveux autonome et du système efférent.

 

La TRT part du point de vue que, si l’on peut apprendre, on peut aussi désapprendre et percevoir progressivement les acouphènes avec moins d’intensité. Son objectif est de rendre l’acouphène le plus neutre possible, de manière à ce qu’il puisse être classé comme stimulus non pertinent, n’atteint plus la conscience et donc, ne s’impose plus au sujet. Ainsi, le patient apprend à « ignorer » son acouphène, tout comme on ignore des stimuli neutres, des sons sans importance ni signification pour nous.


La TRT est totalement inoffensive et sans effets secondaires. Elle s’étale sur 12 à 18 mois et vise une amélioration à long terme. Des résultats positifs sont souvent reportés au bout de 6 mois.

 

Cette méthode implique une équipe pluridisciplinaire : ORL, neurophysiologiste, audiologiste, psychologue.

 

La thérapie comprend quatre éléments complémentaires :

  1. Le  « Counseling » ou conseil. Son objectif est d’expliquer au patient les mécanismes qui provoquent l’acouphène et qui l’amplifient,créant ainsi un cercle vicieux . Le patient bien informé arrivera plus facilement à réévaluer son problème et à re-classifier son acouphène de stimulus menaçant en un son neutre et sans importance.

  2. Le traitement psychologique. L’entretien avec le psychologue permet de découvrir un état de stress, une tension interne, un état dépressif ou d’autres facteurs susceptibles d’être impliqués dans les acouphènes, afin de mettre en place des stratégies de contrôles adaptées.Les techniques utilsées font appel soit à la sophrologie, l'hypnothérapie, les thérapies comportementales cognitives,le neuro feed back.

  3. Les techniques de relaxation. Ces techniques, couplées à une rééducation auditive aident à gérer le stress et resensibilisent le patient aux bruits qui l’entourent.

  4. La thérapie sonore. Le port d’un TCI (Tinnitus Control Instrument, ou instrument de maîtrise de l'acouphène) aide le patient à éviter le silence. Cet appareil produit un bruit thérapeutique constant, de faible intensité, n’audible qu’en silence et qui laisse l’acouphène perceptible. Il a pour but de rendre la détection de l’acouphène plus difficile et permet de le mettre à distance. Le TCI peut être combiné avec des aides auditives, permettant en plus d’améliorer la compréhension de la parole.

 

D’après diverses enquêtes menées dans différents pays, la TRT a permis d’obtenir une nette amélioration de l’état de 70 % à 80 % des patients qui l’ont suivi. Les personnes interrogées indiquent n’avoir plus que très peu conscience de leurs acouphènes (uniquement dans le silence ou lorsqu’elles s’énervent) ou bien parlent d’un « soulagement important ».

 

Thérapie sonique : masquer l'acouphène

La thérapie sonique, elle, a pour but de masquer l’acouphène par l’apport d’un bruit extérieur. L’apport de ce bruit masquant permet de faire évoluer très progressivement l'acouphène d'un signal perturbant et alarmant  vers un signal «  naturel » inscrit dans le bruit de fond.

 

Au même titre que l’on perçoit souvent moins l’acouphène en présence d’un environnement sonore, l’amplification permettra de masquer partiellement voire totalement l’acouphène.

 

Cet élément masquant peut provenir soit :

  • d’une amplification générée par un appareillage auditif (dans le cas d’une perte d’audition associée à l’acouphène),

  • d’un bruit blanc masquant (dans le cas d’une audition préservée),

  • de générateurs de sons (baladeur, MP3, TV) pour faciliter l’endormissement par exemple.

Les appareils auditifs utilisés pour la thérapie sonique :
 

On distinguera trois catégories :

  1. Les Micro-contours d’oreille : les plus utilisés dans les cas de surdités légères à moyennes. Ils offrent une très bonne esthétique et permettent une très large ventilation du conduit auditif (élément capital dans le traitement de l’acouphène).

  2. Les contours conventionnels : utilisés pour des surdités moyennes  à profondes. Une bonne ventilation du conduit reste possible.

  3. Les intra-auriculaires : à éviter dans la mesure du possible à cause de  « l’effet bouchon » qu’ils peuvent générer.


Les Masqueurs d’acouphènes et les Combinés : les appareils anti-acouphènes sont fondés sur l'idée de défocaliser l'attention portée sur les sons perturbants à l'intérieur de l'oreille, permettant ainsi de mieux entendre les sons externes. Cela est rendu possible en utilisant un signal en bande large à un niveau qui selon la technique utilisée, peut être juste inférieur, égal ou juste supérieur à celui de l'acouphène.

 

L'utilisation de masqueurs d’acouphènes soulage du stress offrant ainsi plus de calme et de sérénité. Grâce à cette maîtrise nouvelle, les patients peuvent apprendre à profiter de la vie et en entendre tous les sons agréables.

 

Les Combinés sont la conséquence de la combinaison réussie de l'anti-acouphène et de l'aide auditive dans un seul appareil. Cette combinaison fournit une aide réelle pendant et après la thérapie. Elle contribue à un retour réussi au plaisir d'une meilleure qualité de vie.

Les baladeurs, les lecteurs MP3 :

 

Ces instruments, déjà bien connus du grand public, permettent l’enregistrement de bandes sonores très agréables : bruit d’eau, de cascade, de chants d’oiseau, de musique douce….
Le but est là de détourner l’attention du patient acouphènique vers un bruit beaucoup plus agréable afin de briser le cercle infernal : « Je perçois mon acouphène, donc je me focalise dessus ; je me focalise dessus, donc je le perçois d’avantage. »
 

La thérapie sonore séquentielle (TSS)

D’ après les travaux de recherche de Miguel Angel Lopez Gonzalez et Rocio Lopez Fernandez, la thérapie sonore séquentielle (TSS) est une méthode de traitement des acouphènes qui repose sur l’utilisation d’un générateur sonore d’une large bande de bruit blanc, dont l’intensité de masque peut être soit supérieure, ou inférieure à l’intensité de l’acouphène, avec une étape intermédiaire ou les intensités de masque et celle de l’acouphène sont égales.

La séquence est de démarrer avec un masque total (bruit blanc d’intensité supérieure au tinnitus);  puis un masque limité (bruit blanc égal à l’intensité du tinnitus) ; en fin un masque partiel (bruit blanc d’intensité inférieure au tinnitus). Selon que le patient présentait ou non une perte auditive on ajoutait ou non une aide auditive à embout ouvert.

Il est conseillé de porter le générateur de sons plusieurs heures par jour et surtout aux moments les plus calmes de la journée. Si l’endormissement et le sommeil du patient sont perturbés, le générateur sonore sera utilisé toute la nuit.


Pour l’aide auditive, elle est utilisée 6 heures par jour le premier mois par séquence de 2 heures, puis au cours du 2° et 3° mois, l’utilisation de la prothèse auditive est laissée à la discrétion du patient. Les contrôles successifs ont lieu tous les 3 mois, puis tous les 6 mois et enfin annuellement.

Les résultats sont évaluer grâce au questionnaire THI et sur une échelle visuelle. Les auteurs rapportent des résultats positifs dans 100% des cas ! Une étude comparative a été faite avec la TRT, dont elle s’inspire fortement, mais avec un net avantage pour la TSS.
 

Dans certains cas, il sera nécessaire d'adosser ces  thérapies à un traitement  médicamenteux, en utilisant les anti depresseurs, anxiolytiques ou anti epileptiques, en raison de l'analogie  entre l'acouphène et la douleur.


L'acupuncture, l'homeopathie peuvent également apporter un soulagement certain au patient.
 

La stimulation magnétique transcrânienne (SMT)

La méthode des stimatulations magnétiques transcrâniennes est une nouvelle méthode thérapeutique, mise au point dans les années 1985. Elle est essentiellement utilisée en neurologie et en psychiatrie, dans le traitement d’affections telles que la schizophrénie, la dépression,les douleurs neuropathiques chroniques, la maladie de Parkinson, l’épilepsie, les troubles obsessionnels compulsifs (TOC), etc.

 

La SMT est une méthode indolore et non invasive. Elle consiste à stimuler le cortex cérébral à l’aide de bobines électromagnétiques (coil) placées sur le cuir chevelu. Les aimants induisent un champ magnétique qui modifie l’excitabilité du cerveau. Les stimulations à basses fréquences (>1 Hz) entraînent une diminution de l’activité corticale, alors que les hautes fréquences( 5-20 Hz) ont un effet inverse.

 

Il est bien établi actuellement que les acouphènes chroniques sont associées à l’augmentation de l’activité du cortex temporo-pariétal. La modulation de cette activité aberrante par des stimulations magnétiques transcrâniennes répétitives (SMTr) peut contribuer au traitement des acouphènes qui résistent aux traitements classiques.

 

Depuis 2003, les chercheurs européens ont prouvé le potentiel thérapeutique de la SMT dans le traitement des acouphènes chroniques. Les recherches dans ce domaine continuent activement afin d’ augmenter l’efficacité des protocoles thérapeutiques.

Une prothèse de thérapie sonique. Crédit : Fotolia

Acouphènes > traitements

© 2016 Institut méditerranéen de recherche et de traitement des acouphènes (IMERTA)

Centre médical Clairval -  4e étage - Rue 317 Bd du Redon - 13009 Marseille

Contact   ı   Crédits & copyright   ı   Conditions générales d'utilisation